Notice: Undefined variable: terminal in /home/montaf/www/minisites/scripts/stats.inc.php on line 195

Notice: Undefined variable: os in /home/montaf/www/minisites/scripts/stats.inc.php on line 197
´´MAGIC BOX´´

´´MAGIC BOX´´

fr | en | es

"Le Voyage Intérieur" préface de David Genovesi

 "Le Voyage Intérieur", préface de David Genovesi director ARTROM Gallery Rome, Italy

Ciao Fèdèric,

This is the critique I wrote about your work:

This is the art of photography today. Providing the ability to extract and pull from the historical context of Photography and add new meanings, new juxtapositions.

The works of Frédéric Karikese conceal as much as they reveal of the subjects he chooses, which is usually a man or woman caught in some dramatic moment, an absurd situation or some spectacular environment.

As portraits, they reveal. They give us insight into the nature of the subject. They show us a side of the person portrayed and also a context in which to see them. Karikese sees past the facade of the subject by creating his own. The environment he creates for them exposes something beyond. For this alone they are worthy. It´s the staging of the subject in this environment which brings the viewer to a cinemagraphic frame of mind, ie. what happened before and what will happen next. The photographs pull you in. The prints are small scale; 24x 30 cm. on passes-partouts, a format that even resembles old 8 x 10 film stills.

As cinemagraphic elements, they conceal. Karikese inspires movement with his prints. Our mind sees the subjects as characters from some non-existent film, requiring us to fill in the missing screenplay, creating not only movement within, but movement backward in time and ahead. We want to know more than what we see. We want to see the film. Since the film doesn´t exist, we invent our own, providing the image with depth.

This depth is achieved with great imagination, but also with meticulous technique, achieving a poetic scenography with a seamless structure. Each of the photographic images chosen for the

ARTROM Gallery TOP TEN Photography Exhibition dramatically portray their subjects in scenes that beg for more, but lead us also to recognize that it is the "moment" these images are meant to represent, not any before or after.

In "Spicecat", for instance, the subject seems to aware of what is happening, but apparently, not too concerned. Is she the cause, or the victim of this sparking energy field that is next to her and blazing behind her? She seems to be protected by the gesture she makes. To know, you have to see the film. In the mean-time, Karikase provides an artwork brimming with vitality. In "Nolwenn", the subject poses provocatively against lime green elements that float and reflect in the ice blue glass. Questions are posed - you can make up your own. But the questions are also at deeper subconscious levels.

Karikese is respectful of his chosen discipline of photography, while imaginatively distorting and redefining it.

David Genovesi director ARTROM Gallery Rome Italy

INTERVIEW DE F. KARIKESE n° 1 (Portail "ARTKAOS") :

Qu’est-ce que le bonheur parfait selon toi ?

FK@ : ne PAS rencontrer Michael Jackson.

Ta plus grande peur ?

(K@) Mourir : je suis mon meilleur pote. Je m’aime. Je n’ai pas confiance en moi, mais au moins, il m’est très difficile de me rouler moi-même.

A ce jour quel est ton souhait photographique

(FK@) : photographier l’âme des femmes (c’est prétentieux hein ! ?. Je m’en f... de ce que vous pensez ).

Qu’est-ce qui t’inspire le plus

(FK@) : Il suffit d’aller voir mon site pour se rendre compte immédiatement que ce sont les pommes de terre moldaves et les harengs hollandais

Qu’est-ce qui t’attire le plus chez la femme

(FK@) : vous n’allez pas le croire : leur visage ( et je ne plaisante pas ! ).

Si tu étais le seul à savoir qu’un météorite lancé par des Martiens, exilés sur Jupiter suite à une dispute sans fin avec le chef des Martiens … Enfin bref, c’est la fin du monde !
Quelles seraient les trois dernières choses que tu ferais ?


(FK@) :
1) Boire une bière d’abbaye (une "Val Dieu", brune et froide.
2) En « coller » une aux martiens (les plus petits, ceux qui portent des lunettes).
3) Photographier les Martiennes
4) Re-boire une bière d’abbaye

Si je te dis « photographes » quel sont les premiers noms qui te viennent à l’esprit

(FK@) : Jan Saudeck, Joseph Sudeck, J-P Witkins, Sarah Moon, Serge Lutens, Nick Knigth, Frédéric Colson, MÔA !

Tes artistes (peintres ?) préférés

(FK@) : Botticelli, Raphaël, Le Corrège, Le Titien, Véronèse, Jan Metsys ( le fils de Quentin ), les Bruegel, Rembrandt ( surtout pour ses auto-portraits ), le Bernin, Boucher, Chardin, Fragonard, W. Blake, G. Doré, Renoir, Manet, Horta, Duchamp, Rops, Max Ernst, Delvaux, Magritte, Dali, Hopper, Anne et Patric Poirier, Christo etc. J’aime aussi beaucoup, en général, les peintres de natures mortes flamands et hollandais et les peintres de marines.
Pour des raisons personnelles, je citerai aussi les artistes de la civilisation de Nok ( Afrique de l’Ouest subtropicale) et leurs figurines d’argile : première manifestation (-900 /-200) d’un art plastique en Afrique noire.


Tes artistes les plus détestés

(FK@) : Imhotep ( vers 2800, en Egypte), le premier architecte connu ( pyramide à degrés, de Saqqarah ) et l’abruti sumérien génial qui construisit la première ziggourat (tour à étages) : la prétention architecturale venait d’être inventée. Et aussi, ceux qui, en –2000, ont été responsables de la construction des premiers palais (en Crète), lesquels consacrent le pouvoir en place, dans le marbre.
Je ne cite que des anciens, même les « ayant droits » ne me feront pas de procès : il n’y en a plus.

Quelle sont les musiques qui te correspondent le mieux ?

(FK@) : Celle de Monteverdi, Pergolèse, de Beethoven, de Mozart, de Chopin, de Verdi, de Puccini, de Fauré, Debussy, Ravel, de Miles Davis, de « Dead can dance », du « Buena vista social club », d’un plat qui mitonne et des feuilles de bouleaux dans le vent léger. Et Palestrina, parce qu’il a sauvé la musique liturgique en prouvant à l’Eglise qu’on peut-être savant en restant simple

Ton film culte

(FK@) : j’aurais peur de transformer cette petite liste en bottin, surtout si je citais, en plus, mes dessinateurs de BD favoris, mes chanteurs et mes écrivains et poètes préférés.

Quelle est ta devise

« Si tu n’as pas de culture, tu risques de trouver sûre et peu grasse, la viande des cerises » (Tien vla ka : vieux philosophe chinois).

Selon toi quelle est la chose la plus importante qu’un photographe doive avoir

(FK@) : un appareil photo.

quelle est ta drogue pour avancer dans la vie

FK@) : Je me shoote avec des seringues remplies de vrai chocolat noir et belge. C’est légal : les politiciens n’y connaissent rien, heureusement.

A quoi pense-tu à cet instant ?

(FK@) : à un beignet à la confiture de tomates vertes.

Quel et ton mot de la fin ?

(FK@) : « Fin » et si tu parles de MA fin : « extra ball ».

Pourquoi fais-tu de la photo ?

(FK@) : Parce qu’après 12 années passées dans divers hôpitaux de Belgique ( je pense à rédiger un guide, dans lequel les meilleurs seraient récompensés par 3 stéthoscopes, les bons, par 2 etc.), 21 fractures avec déplacement ( je pense à rédiger un guide, dans lequel les meilleures seraient récompensées par 3 fémurs, les moins bonnes, par 2 etc.), et diverses interventions chirurgicales lourdes ( non, je ne pense pas à rédiger un guide de Lourdes), je me suis rendu compte que la photo me tirait par la tête, hors de la mare boueuse de la dépression nerveuse et me la gardait, plus ou moins, au sec.

Pourquoi fais-tu partie d’un groupe de discussion ?

(FK@) : Parce que, parfois, j’ai 14 ans et j’aime jouer à : « on disait que... »

Une petite bio ?.

(FK@) : Né à Londres, il fit des études à Cambridge (au Trinity college), s’engagea dans la marine de sa Très Gracieuse Majesté. Participa à la guerre des Boers, puis fut incorporé dans l’armée des Indes. Tout d’abord grand chasseur de tigre (à dos d’éléphant ), il quitta l’armée avec le grade de « group captain » et devint correspondant de presse ( texte et photos ) pour le « Times ». Il obtint le prix Pullizer et fut consacré par une rétrospective de ses œuvres au Muséum of Modern Art, à New-York. Il finit sa vie à Cuba, buvant du « Jack Daniel’s » et fumant des « Roméo y Julietta » avec Ernest Hemingway.
Voilà

Son site Web
http://www.karikese.com/

INTERVIEW DE F. KARIKESE n° 2 ("BLOG PHOTO SCOPE") :

Je suis fier de présenter une nouvelle interview, celle du photographe belge Frédéric Karikese. Très apprécié dans le monde de la photo (par ses créations photographiques et ses qualités humaines), Frédéric compte à son actif des dizaines (centaines) d’expositions à son actif, des publications nombreuses, des prix prestigieux à travers le monde. -Bonjour M. Frédéric Karikese. Flatté que vous ayez répondu à mon invitation.
N’est-ce pas ? ! . Je vous comprends.

- Avez-vous pris des bonnes résolutions pour l’année 2008 ?
La caractéristique principale des bonnes résolutions étant de ne jamais se réaliser, j’ai pris celle, IMPERATIVE de faire une cure de désintoxication et d’arrêter la drogue. Je le jure : JE NE MANGERAI PLUS JAMAIS DE CHOCOLAT ! ! .

Karikese Uniqua

- Pouvez-vous nous décrire votre rapport à la photographie ?
Erotique et thérapeutique, dans la mesure ou le bonheur que m’apporte la photographie, en général et la mienne, en particulier, est, avec d’autres choses, fondamental à mon équilibre. Capturer, voir créer de la beauté est tout à fait extraordinaire et délectable.

- Et votre rapport avec les modèles ?
Photographique, parfois artistique et même quelque fois amicaux

-Une photo qui vous vient à l’esprit dont vous êtes le plus fier ?
Une photo bouleversante, d’une petite fille qui fuyait, au Vietnam. Dommage que ce ne soit pas moi qui l’ai faite.

-Une séance qui a tourné au vinaigre
Une dispute sévère avec un modèle. Ne le dites pas, mais son cadavre repose, à présent, sous le prunus, dans mon jardin. Gniark gniark ! . Elle aurait dû savoir que j’ai TOUJOURS raison ! !.

- Une photo ou séance photo dont vous aviez été déçu par le résultat ?
Celle ou, après s’être déshabillé, le modèle s’est avéré être un homme

-Sur quels critères vous basez-vous pour travailler avec un mannequin/modèle ?

Son tour de poitrine.

- Y aurait t-il des adjectifs qui pourraient caractériser votre démarche photographique ?
Romantique, romanesque, esthétique et même parfois, à velléité humoristique.

- Si vous aviez des super pouvoirs, quels seraient t-ils ?
Stopper définitivement la faim et le manque de soins, dans le monde.

-Un conseil particulier à l’égard des modèles (débutant(e)s ou expérimenté(e)s ?

Me contacter. Je suis gentil.

-Qu’aimeriez-vous faire comme photos ?

Des photos intéressantes, belles ou/et terribles (au sens ou George Bataille entendait que : "la beauté n ‘est que le premier degré du terrible "), pleine de sens et originales. Une exposition dont on sort exactement dans le même état qui était celui dans lequel on est entré, n’a, à mon humble avis, aucun intérêt.

J’aimerais faire quatre citations, à mon opinion, très riches et constructives, pour finir.

1) "La culture pour un photographe est bien plus importante que la technique. "
[Gisèle Freud]

2) "Nous pouvons améliorer les images du monde et, comme ça, nous pouvons améliorer le monde. "
[Wim Wenders]

3) "Le cœur le plus sensible à la beauté des fleurs est toujours le premier blessé par les épines. "
[Thomas Moore]

4) "Je veux moi aussi que mes images soient inexactes, qu´elles deviennent des mensonges plus sincères que la vérité elle-même. "
[Peter Beard
]

Réponses to "Interview de Frédéric Karikese"

  1. # Chantal Pinosa 21 jan 2008 à 14:53

    Un photographe qui s’exprime en passion et révolte…
    Son irrespect des règles académiques marque avec bonheur sa différence et en fait un photographe qui touche, qui interpelle !

    Un photographe qui ne sera pas oublié !

    Visiter ses sites est un voyage hors du temps…d’un plaisir extrême !

    Chantal,

  2. # Gaëlle 21 jan 2008 à 15:48

    Oh que oui, je suis d’accord avec toi Frédéric, sur les expositions qui, si elles sont réussies, bouleversent le spectateur d’une façon ou d’une autre…
    Bouleversement esthétique, tout simplement, ou plus conceptuel, qu’importe, mais surtout, surtout, ne pas laisser indifférent…

    Et un petit bravo pour les citations - quatre c’est un peu beaucoup, mais elles sont justes, très justes.

  3. # Panigraphiele 03 fév. 2008 à 12:41

    C’est un magnifique travail, avec beaucoup de finesse.

      # Tite Roussinettele 04 fév. 2008 à 17:21

    Une interview tellement représentative de ce grand Monsieur de la photo: sa culture, son humour décapant, sa grandeur d’âme tout y est! Je ne peux qu’appuyer son conseil aux débutants, vous pouvez rencontrer Frédéric les yeux fermés, vous ne serez jamais déçus de cette rencontre!!!

     

    " Tellement de photos de Venise, tellement de photos à Venise, tellement peu de ma Venise dans ces photos ...
    Un jour, certainement, je publierai les photos de Venise prises par ma grand´mère et par ma mère et les miennes aussi.
    Mêmes endroits, trois générations de photographes amoureuses de la Cité des doges ...
    Je demanderai une préface à Frédéric Karikese, le Caravage de la photo.

    Mais, tout aussi certainement, ce ne sera pas pour le Web. "

    Szarah Veneziano

    http://www.szarah.org/venise-szarah/index.php?num=92